Électrocardiogramme - Diagnostic de l'infractus à l'Infirmerie Protestante

Qu'est-ce qu'un électrocardiogramme (ECG) ?

Un électrocardiogramme est un examen qui consiste à enregistrer l’activité électrique du coeur au moyen d’électrodes qui sont posées sur la poitrine, les poignets et les chevilles. Il permet d’étudier précisément l’activité cardiaque et de dépister ou de diagnostiquer des cardiopathies.

Il est réalisé avec un appareil dédié, l’électrocardiographe : les électrodes positionnées sur les différents endroits du corps sont reliés à un enregistreur et à une imprimante.

Cet examen est non invasif et absolument indolore. Il ne comporte aucun effet indésirable et peut être renouvelé plusieurs fois sans danger. Il dure seulement quelques minutes.

Quand pratique-t-on un électrocardiogramme ?

Lors d’une consultation cardiologique, l’ECG est pratiqué en complément de l’examen clinique. C’est l’examen majeur en cardiologie : il permet de préciser l’origine des symptômes du patient. Des examens complémentaires peuvent être pratiqués si nécessaire (imagerie médicale, bilan biologique).

L’électrocardiogramme permet de détecter :

  • des anomalies des artères coronaires, à l’origine d’angine de poitrine ou d’infarctus du myocarde
  • des troubles de la conduction cardiaque
  • des troubles de la fréquence cardiaque (tachycardie ou bradycardie), avec ou sans la présence d’extrasystoles (contractions anormales)
  • des hypertrophies
  • des péricardites

Un électrocardiogramme est généralement pratiqué en cas de suspicion de pathologie cardiaque suite à l’apparition de douleurs thoraciques.

Il est également indiqué lors d’un bilan pré-opératoire ou lors d’un examen de dépistage dans le cadre de la pratique d’un sport de compétition.

Diagnostic de l'infractus à l'Infirmerie Protestante

Un infarctus du myocarde survient lorsqu’une artère coronaire est obstruée brutalement et de manière prolongée, ce qui entraîne une nécrose plus ou moins étendue du muscle cardiaque.

La prise en charge d’une douleur de poitrine doit se faire en urgence et ne doit jamais être prise à la légère, surtout chez les personnes présentant des facteurs de risques cardiovasculaires.

Le diagnostic de l’infarctus se fait grâce à l’électrocardiogramme : une modification caractéristique est enregistrée sur l’ECG. Cet examen permet de poser le diagnostic de l’infarctus avec une grande fiabilité (90%).
Il aide également à localiser l’artère concernée par l’occlusion. Selon cette localisation, on dénombre 3 types d’infarctus du myocarde : les infarctus antérieurs, les infarctus inférieurs et les infarctus de la paroi latérale du coeur.
Le diagnostic et la prise en charge précoce de l’infarctus du myocarde permettent de limiter l’étendue des lésions du muscle cardiaque, d’atténuer les complications ultérieures et d’améliorer le pronostic.

> Retour à la Cardiologie Médicale