Tumeurs du rachis / métastases vertébrales

tumeurs rachisLorsqu’un cancer du rein, des poumons, de la prostate ou encore du sein se développent, certaines cellules cancéreuses peuvent entamer un processus de migration vers d’autres organes. 

La colonne vertébrale est l’un des points de migration les plus classiques.

Le terme de métastases vertébrales correspond à une atteinte de la colonne vertébrale par un cancer primitif d’un autre organe. Ce cancer est parfois inconnu au moment du diagnostic de la métastase. Les vertèbres de la colonne thoracique sont les plus souvent concernées.

Symptômes                                              

Les symptômes des métastases vertébrales sont :

  • Des douleurs : souvent de forte intensité.
  • Des troubles neurologiques : les métastases peuvent comprimer les racines ; nerveuses et/ou la moelle épinière, entraînant des troubles neurologiques ;
  • Des fractures car la métastase remplace le tissu osseux normal et le fragilise.

Diagnostic

L’examen clinique évalue les douleurs et recherche des antécédents. L’examen physique évalue les éventuels retentissements neurologiques (recherche de paralysie, d’anesthésie et dysfonctionnement des réflexes).

La radiographie est le premier examen à réaliser. Elle peut identifier une fracture-tassement, une lyse osseuse vertébrale.

L’IRM détermine la présence d’une tumeur rachidienne. Elle permet de préciser son volume, sa localisation et ses conséquences sur les racines nerveuses ou la moelle épinière.

Le scanner permet de déterminer les conséquences osseuses de la métastase Il évalue bien les fractures, l’étendue de l’ostéolyse avec dans certains cas des constructions osseuses.

Une biopsie sous scanner de la vertèbre peut être réalisée afin de confirmer le caractère métastatique de la tumeur observée et de définir l’origine de la métastase.

Traitement

Le traitement des tumeurs de la moelle épinière est chirurgical. Il consiste en une résection complète de la tumeur. 

Le traitement est effectué en micro-chirurgie, sous microscope opératoire, en collaboration avec un neurologue qui surveille le fonctionnement de la moelle épinière pendant l'opération.

Si la tumeur est une métastase, le cancer à l'origine de cette métastase doit également être traité spécifiquement.

La chirurgie est performante et permet le plus souvent une exérèse complète de la tumeur avec une guérison. Il existe cependant un risque de récidive dans 5 à 10% des cas après une intervention de ce type, nécessitant parfois une nouvelle opération.

Une surveillance par IRM est mise en place systématiquement après l'opération, une fois par an au début puis tous les deux ou trois ans.

> Retour à la Neurochirurgie