IFS'IP : Centre de formation DPC

Informations et Inscriptions

Céline ADNET

Céline ADNET, Chargée de développement

celine.adnet@infirmerie-protestante.comifsip@infirmerie-protestante.com

+33 (0)7 76 82 14 95

L’Infirmerie Protestante - Centre de formation DPC

L’Institut de Formation et de Simulation de l'Infirmerie Protestante (IFS'IP) propose aux professionnels de santé plusieurs formations dans l’année, afin de répondre à leur obligation de formation triennale DPC (Développement Professionnel Continu).

Ces formations s’adressent aux professionnels de santé dont :

  • Médecins généralistes et spécialistes    
  • Kinésithérapeutes
  • Pharmaciens
  • Infirmiers

Institut de formation IP

Formation DPC et obligation triennale

Chaque professionnel de santé doit suivre un parcours de DPC (formation(s)) sur 3 ans, soit 21 heures de formation.

L'Agence Nationale du Développement Professionnel Continu (ANDPC) met à disposition de l'ensemble des professionnels de santé un moteur de recherche réunissant les formations composant l'offre de DPC officielle et dispensées par des organismes ou structures de formation (associations, établissements de santé, universités, structures commerciales...) reconnues par l'Agence.

 

Pour vous inscrire

Il vous suffit de vous connecter sur le lien www.mondpc.fr et y entrer vos identifiant, mot de passe et numéro de la formation choisie.

 

Formations 2021 à l’Infirmerie Protestante

 

  • Les infiltrations du médecin généraliste

    Intervenants : Dr André BASCH et Dr Nassima SAIH (Rhumatologues)

    Jeudi 7 octobre 2021, à 19h

    DPC n° 95042100008

    Résumé et objectifs : La plainte douloureuse articulaire est fréquente.

    D’après les résultats d’un sondage IFOP « Les Français et les rhumatismes » mené pour l’Inserm (2016) et « Ensemble contre les Rhumatismes », 93% des Français déclarent avoir déjà souffert de douleurs articulaires et un sur deux en souffre au moment de répondre à l’enquête.

    En médecine générale, il s'agit d'un des dix motifs de consultation les plus fréquents.

    L’examen clinique, l'imagerie et la biologie permettent de porter un diagnostic.

    L'infiltration fait partie de la thérapeutique de cette pathologie. Elle permet souvent de limiter l'usage des anti-inflammatoires non stéroïdiens.

    Quel est le principal intérêt d’une infiltration ? C’est d’avoir la puissance anti-inflammatoire des corticoïdes avec peu d’effets secondaires. De plus la concentration locale importante de produit actif permet d’obtenir une efficacité maximale.

    L’objectif général de cette formation consiste en l’usage d’outils relevant de plateaux techniques diagnostic et thérapeutique en soins primaires chez le médecin généraliste.

    Les objectifs spécifiques sont :

    • Recueillir les connaissances, les pratiques et les interrogations des participants,
    • Respecter les indications et contre-indications des infiltrations en médecine générale,
    • Pratiquer une infiltration dans les principales localisations infiltrables (atelier pratique)
  • Risque infectieux des voies respiratoires basses, quelle protection pour le patient diabétique

    Intervenant : Dr Lori KEPENEKIAN (Endocrinologue)

    Jeudi 21 octobre 2021, à 19h

    DPC n° 95042100011

    Résumé et objectifs : Les patients diabétiques (de type 1 ou 2) ont un risque plus important de faire des infections osseuses et articulaires, des sepsis, des cellulites, des endocardites et des pneumonies par rapport aux personnes non diabétiques.

    Les patients diabétiques ont deux fois plus de risque d’être hospitalisées pour infection, parmi ces infections, le risque de faire une pneumonie est multiplié par 1,86.

    En ambulatoire, pour les patients diabétiques on constate une Incidence d’infection supérieure de 21%, et spécifiquement pour les infections pulmonaires une incidence d’infection supérieure de 30%.

    En addition d’une incidence élevée, la sévérité des infections chez le patient diabétique est importante. Le risque d’hospitalisation est multiplié par 3,7 (DT1) et 1,88 (DT2). Le risque de décès pour cause infectieuse multiplié par 8 (pour DT2, multiplié par 2,2).

    Ainsi, en dépit de l'apport de l'antibiothérapie qui a permis de limiter les conséquences graves, les infections restent encore des complications fréquentes retentissant gravement sur la qualité et l'espérance de vie des personnes vivant avec un diabète.

    Ce fait est d'autant plus regrettable qu'un certain nombre de ces infections sont à prévention vaccinale et pourrait être évitées par un simple geste de vaccination conformément aux recommandations émises chaque année par le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP)

    Cependant, il est regrettable de constater le déficit dans le domaine de la vaccination pour l'ensemble de la population française avec des taux bas de couverture vaccinale. A titre d’exemple, cette couverture vaccinale pour les adultes diabétiques en France est de l’ordre de 50% pour la prévention anti-grippale et de 2% pour la vaccination antipneumococcique.

    La vaccination est un thème qui n'est pas encore suffisamment abordé lors des consultations médicales. 37,8% au moins une fois par an, 26,4% parfois (en cas de voyage par ex.), 35,9% affirment que leur médecin ne leur parle jamais de vaccination spontanément.

    Ainsi, l’optimisation de la prise en charge des personnes vivant avec un diabète est essentielle et doit s'inscrire pour une large part dans une démarche de prévention dont la vaccination est une composante essentielle.

    L’objectif général de cette formation consiste à souligner le risque infectieux des voies respiratoires des patients diabétiques, de préciser l'intérêt de la vaccination et de rappeler la stratégie vaccinale.

    Les objectifs spécifiques seront :

    1. 1/ Risques infectieux des voies respiratoires basses des patients diabétiques
    2. 2/ Recommandations vaccinales des patients diabétiques
    3. 3/ Prise en charge vaccinales des patients diabétiques : entretien motivationnel
  • Aspects pratiques de la prise en charge diagnostique et thérapeutique du syndrome d'apnées du sommeil

    Intervenant : Dr Gérard Chatté

    Jeudi 18 Novembre 2021, à 19h

    DPC n° 95042100010

    Le Syndrome d’Apnées du Sommeil (SAS), définit par un nombre d’évènements respiratoires par heure de sommeil supérieur à 5/h, est un facteur de risque reconnu de morbi-mortalité, notamment cardio vasculaire, ainsi que d’accident (de la route, du travail). Le SAS touche 4 à 7% de la population générale, 15% chez les plus de 75 ans.

    Le diagnostic du SAS nécessite une anamnèse orientée sur la somnolence, les symptômes ressentis et observés par l’entourage. Le choix d’un enregistrement ambulatoire de polygraphie ventilatoire ou d’un enregistrement polysomnographique en laboratoire de sommeil dépend des symptômes présentés. En cas de polygraphie ventilatoire, il est essentiel de faire une relecture manuelle des éléments et de ne pas se contenter d’une analyse automatisée.

    Le choix du traitement dépend de l’importance de l’Indice d’Apnées et Hypopnées (IAH), du type obstructif ou central prédominant du SAS, et des antécédents (notamment cardio vasculaire), ainsi que la présence d’une somnolence diurne excessive. L’Indice de Masse Corporelle, l’état buco dentaire et le choix personnel du patient (bien informé des bénéfices et risques de traiter ou pas le SAS) sont des éléments déterminants.

    La prescription d’une ventilation nasale nocturne en Pression Positive Continue (PPC) nécessite la rédaction d’une Demande d’Accord Préalable (DAP) et la mise en place d’une titration automatisée ou manuelle (selon l’état du patient). Un suivi est nécessaire à 4 mois puis de manière annuelle (observance, tolérance et résultat du traitement, à l’appui des données stockées dans la PPC) avec rédaction d’une nouvelle DAP (qui peut être remplacée par une ordonnance descriptive pour les patients observant plus de 4 h depuis plus de deux ans).

    La prescription d’une orthèse de rétention ou avancée mandibulaire (ORM ou OAM) requiert l’avis du dentiste traitant et la rédaction d’une DAP. L’ORM est réalisée par un praticien formé, puis titrée en modifiant l’avancée mandibulaire jusqu’à disparition du ronflement. Il est nécessaire de réaliser un enregistrement de contrôle avec ORM pour s’assurer du résultat. Le suivi par le dentiste est indispensable et le renouvellement envisagé après plus de 3 ans.

    Les traitements alternatifs ou additionnels ne doivent pas être négligés : Prise en charge diététique, chirurgie bariatrique pour certains, rééducation maxillo-linguale, traitement postural, decubitus ventral.

    La consultation de suivi doit reprendre l’évolution des symptômes, des comorbidités, de la tolérance du traitement pour aboutir à son renouvellement ou à sa modification après réévaluation.

    L’objectif général de cette formation consiste en l’usage d’outils relevant de plateaux techniques diagnostic et thérapeutique en soins primaires chez le médecin généraliste. Les objectifs spécifiques sont :

    • Diagnostiquer les maladies du sommeil et les processus physiopathologiques,
    • Définir les différentes prises en charge thérapeutiques des maladies du sommeil,
    • Organiser les parcours de soins en pathologie du sommeil.

    La formation « Aspects pratiques de la prise en charge diagnostique et thérapeutique du Syndrome d’Apnées du Sommeil » est une action de formation continue selon la méthode HAS « formation présentielle sur 3 heures ».

    Il s’agit d’une réunion physique de professionnels de santé pour acquérir et approfondir des connaissances et compétences.

    Il s’agit d’une action cognitive qui met en œuvre des méthodes actives. Le participant est confronté aux difficultés qu’il rencontre dans sa pratique à partir de l’analyse de situations cliniques.

    Cette formation se déroule sur 3 heures ce qui permet d’aborder le diagnostic des maladies du sommeil, leurs prises en charge thérapeutiques et l’organisation des parcours de soins en pathologie du sommeil.

  • Suivi pluridisciplinaire des patients obèses après chirurgie, rôle des professionnels de santé

    Intervenant : Dr Al Samman (chirurgien digestif)

    En attente de validation de l'OGDPC

  • Aspects pratiques de la prise en charge diagnostique et thérapeutique du Syndrome d’Apnées du Sommeil

    Intervenant : Dr Chatté (pneumologue)

    En attente de validation de l'OGDPC

  • Les rhumatismes inflammatoires chroniques, l’essentiel...

    Intervenant : Dr André BASCH (Rhumatologue)

    En attente de validation de l'OGDPC

  • Dépistage précoce et prise en charges de l’artériopathie oblitérante des membres inférieurs : pratiques des médecins généralistes

    Intervenant : Dr Philippe CHATELARD (Chirurgien vasculaire)

    DPC n° 95042100013

 

Formation en simulation

L’Infirmerie Protestante forme en interne ses professionnels de santé et les praticiens, en organisant des formations en simulation.

Le caractère innovant de ces formations repose sur la réalisation d’exercices pratiques sur des mannequins « haute technologie » branchés sur ordinateurs qui parlent, respirent et simulent les véritables symptômes cardiologiques, neurologiques et respiratoires d’un patient (choc, AVC, Infarctus, arrêt cardiaque).

Ces formations en simulation permettent aux professionnels de confronter et d’exposer leur manière de faire, de tester leurs connaissances et d’améliorer la gestion d’une situation critique.

Les débriefings à l’issue de ces formations donnent l’opportunité aux praticiens d’analyser leur collaboration avec les autres membres de l’équipe, ce moment d’échange permet notamment d’améliorer la cohésion entre les professionnels de santé.

Logo OGDPC

Le Centre de formation a récemment obtenu la certification Qualiopi.

Qualiopi